4 septembre 2012

Atelier réminiscence et rentrée des classes

Posted in activité d'animation, parole, réminiscence tagged à 909 14 par yves clercq

Le mois de septembre est une période propice à la nostalgie et aux souvenirs.

Les retours de vacance, la rentrée des classes, les jours qui raccourcissent, l’été qui s’en va petit à petit, les enfants et petits enfants pris par les activités de la rentrée, sont  autant de facteurs qui peuvent contribuer à un sentiment de solitude qu’il est nécessaire d’accompagner. Dans ces moments là, le besoin de libérer son coeur, de se sentir unique, d’être considéré peut être particulièrement lancinant: l’animation est le cadre propice pour permettre aux personnes de partager leurs états d’âmes, leurs souvenirs, leurs manière de considérer le temps qui passe et leurs regards sur les évolutions de notre société.

Pour les personnes qui regardent de loin l’animation, il peut être ainsi tentant de croire que l’animation serait en quelque sorte une entreprise visant uniquement  à  « occuper » ,divertir ou changer les idées. Comme les personnes âgées ont vécu « un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître » il est particulièrement tentant de croire que l’évocation du passé suffiraient à les contenter.

Il arrive ainsi souvent que maladroitement, lorsque la personne arrive en maison de retraite, alors que dans sa vie « d’avant » elle était plutôt dans l’instant présent, elle se retrouve inondée  de photos choisies « pour elle » et que les conversations des proches soient centrées sur cet autrefois sensé donner du baume au coeur. Et c’est vrai qu’il arrive encore trop souvent que l’on réduise une partie de l’animation à des activités centrées sur le passé :  films anciens, chansons de naguères, expositions sur la vie « d’avant »ou les objet d’autrefois.

Nous ne pensons pas que l’évocation du passé soit  une mauvaise chose pour nos anciens; par contre, nous pensons qu’il est risqué d’y enfermer les personnes , car inconsciemment on pourrait la conforter dans l’idée que, n’ayant plus d’avenir, elle serait irrémédiablement condamnée à vivre dans ses souvenirs plutôt que dans le présent et l’avenir!

Le partage des souvenirs et l’évocation du passé sont des matériaux indispensables qui permettent la rencontre, l’échange et le partage. Attention de ne pas en faire une finalité!  Si les personnes  âgées ont besoin de partager ce qu’elles ont dans leur coeur ce n’est pas pour fuir la réalité ou se complaire dans  une vie idéalisée , mais pour mieux affronter cette réalité et continuer à avancer.

Pour envisager un avenir malgré le temps qui s ‘accélère et la fin qui s’approche, pour envisager que sa propre valeur ne dépend pas de la quantité de choses vécus ou accumulées, il est nécessaire d’intégrer ce que l’on est, ce que l’on a vécu, de se sentir reconnu avec son histoire et sa propre spécificité.Il est donc important que le passé soit évoqué dans des temps et des espaces délimités, et que  leur finalité dépassent la simple évocation.

Les ateliers réminiscence défendus en France par Arlette Goldberg dans son ouvrage « animer un atelier de réminiscence « (http://www.priceminister.com/offer/buy/18106257/Goldberg-Arlette-Animer-Un-Atelier-De-Reminiscence-Avec-Des-Personnes-Agees-Livre.html) sont ainsi un très bon support pour faire de l’évocation des souvenirs un temps de transmission et d’ancrage dans la réalité.

Le mieux est de fonctionner par séquences de 5 ou 6 ateliers répartis sur plusieurs semaines: non seulement le coté temporaire de l’activité permet symboliquement d’en sifgnifier l’importance, mais  cela permet à l’animateur d’avoir le temps de préparer à l’avance des thèmes en lien avec l’actualité saisonnière (la rentrée des classes, les vendanges, l’automne, etc), de réunir divers supports (visuels, olfactifs, tactiles  auditifs) et de solliciter les résidents et leurs familles afin de l’aider à les réunir.

L’objectif de ces ateliers ne sera donc  pas seulement la stimulation, ou l’évocation de souvenirs, mais de proposer un espace d’échange, permettant de se raconter en toute liberté et sécurité psychologique, et de pouvoir partager leur point de vue et leurs opinions sur l’époque actuelle . Sylvains Sibonie aime à rappeler que la vieillesse sert au moins à une chose: transmettre. Ces ateliers peuvent être l’occasion de véritables de transmissions qui peuvent aider les personnes à trouver la paix intérieure: transmettre ce que l’on a vécu, mais aussi ce que l’on vit, ce que l’on pense, ce que l’on croit.

Il sera nécessaire à cet effet, de créer un climat propice à l’intimité, de veiller à ce que les groupes soient restreints, sans spectateurs passifs afin que les personnes sentent que c’est elles qui sont importantes, plus que les objets ou le passé en tant que tel.

L’animation est un vecteur privilégié qui peut permettre aux personnes de sortir de leur isolement pour aller vers le partage.Malgré des attitudes extérieures qui peuvent parfois laisser penser le contraire, les personnes âgées sont avides de ces rencontres et d ‘échanges de qualité. Cela tombe bien, c’est souvent le désir de rencontre et d’échanges qui est à l’origine de la vocation de bons nombres d’animateurs!

PS: internet est un très bon support pour aider l’animateur à trouver des idées et construire son atelier.

Cidessous 2 liens pouvant aider à construire un atelier sur « l’école et la rentrée des classes » :

http://www.vousnousils.fr/2011/08/24/lecole-en-1930-cetait-comment-511688

 

http://museeecole1930messeix.fr/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :