31 octobre 2012

Toussaint

Posted in billet à 1010 02 par yves clercq

La période de la Toussaint est souvent une période difficile à vivre pour les personnes âgées. C’est l’époque où l’on se rappelle de ceux qui nous ont quitté, c’est l’époque où le chagrin et la nostalgie peut devenir très envahissante. Beaucoup de personnes âgées redoutent cette période, car la solitude est particulièrement difficile à vivre quand on se sent seul ou dans l’incapacité de pouvoir aller au cimetière honorer ses défunts.

L’ambivalence est souvent de mise: une résidente nous confiait ainsi que non seulement elle détestait cette période et qu’elle attendait toujours qu’elle passe vite, mais qu’en même temps elle serait malheureuse si elle ne pouvait pas aller au cimetière fleurir la tombe de ses parents et de son mari. Martine sa fille, nous avait confié qu’elle pensait qu’il ne fallait pas permettre à sa mère d’appeler un taxi pour aller jusqu’au cimetière, car ça allait la déprimer. Le risque pour l’aidant, serait de croire qu’effectivement, ne pas penser aux défunts serait mieux pour la santé mentale des personnes.

Lorsque j’allais visiter  ma grand-mère qui habitait loin de chez moi, elle me demandait de l’accompagner à la messe: au moment du « donne nous la paix » je la voyais fondre en larme. Au début je me suis inquiété, et elle m’expliqua qu’à ce moment là de la messe, l’absence de son mari et de ses parents lui était insupportable, et qu’elle ne trouverait jamais la paix. Lorsque je lui demandais pourquoi alors elle se faisait du mal en allant à la messe elle me répondit « c’est le seul moment où j’ai le droit de pleurer ceux que j’aime sans être seule! »….

Les vivants, et particulièrement les plus âgées ont besoin de moments particuliers pour penser aux défunts. Faire le deuil, ce n’est pas accepter l’inacceptable  c’est intégrer à sa vie l’inacceptable afin qu’il ne prenne pas toute la place.

Donner de manière ponctuelle, dans un rituel inscrit socialement, une place à la mort, est nécessaire. Avoir le droit ponctuellement de se souvenir, de pleurer, de partager  et d’honorer ceux qui nous ont précédé, est indispensable pour s’inscrire dans la vie et envisager l’avenir.

En ces jours où la solitude et la douleur des personnes que nous accompagnons peut-être particulièrement vive, prenons le temps d’aller à leur écoute; prenons le temps de l’entendre, particulièrement chez les personnes qui ne s’autorisent pas à l’exprimer de manière visible.

Prenons le temps de l’entendre dans les plaintes somatiques inhabituelles, les pertes d’appétit soudaine, les manifestations de colère contre de détails anodins, les coups de sonnettes inutiles ou les demandes étonnantes… prenons le temps d’éveiller les professionnels à cette réalité ; prenons le temps de les aider à  être attentifs à l’insondable, aux petits détails qui trahissent un chagrin dont les personnes on parfois « honte », à la délicatesse qui réconforte, à l’écoute attentive qui est  le meilleur des  pansements dont le coeur à besoin.

Publicités

30 octobre 2012

21 jours…inoubliables

Posted in partage à 1503 14 par yves clercq

Les professionnels qui travaillent en gérontologie, se plaignent parfois que lorsque la télévision s’intéresse à leur univers professionnel  c’est trop souvent  pour parler de ce qui ne va pas, et de la maltraitance en particulier.

Heureusement,  le travail au quotidien auprès des personnes très âgées  est autre chose qu’une pénible corvée qui serait réservé à des seconds couteaux de la santé ou du médico/social. C’est ce que va illustrer l’émission Infra rouge qui sera diffusé le  mardi 30 octobre 2012, à 22h55  sur France 2.

Au travers d’un reportage intitulé « 21 jours inoubliables » , cette émission se penchera sur la question des professionnels qui travaillent au quotidien auprès des personnes atteintes de maladie d’Alzheimer.

D’après la journaliste Marie-Lorraine Roussel : » certaines professions attirent la lumière, d’autres restent dans l’ombre, comme celle d’auxiliaire de vie.

Pendant 21 jours, Alexandra Lévèque va partager le dur quotidien de plusieurs d’entre elles. Outre la lucidité bouleversante des malades d’Alzheimer et le désarroi des familles, la journaliste découvre la noblesse de ce métier peu considéré.

On est pourtant loin du registre de la lamentation. La plupart des auxiliaires de vie évoquent en souriant la mystérieuse grâce qu’elles reçoivent de ces âmes éprouvées et désorientées »

Alors ne boudons pas notre plaisir, et parlons en autour de nous… surtout aux professionnels qui ont besoin de savoir que la télévision ne diffuse pas que des choses caricaturales sur leur travail!

 

12 octobre 2012

travailler auprès de personnes âgées, une chance!

Posted in billet, insolite tagged à 1301 05 par yves clercq

Les professionnels qui travaillent en gérontologie peuvent être légitimement heurtés par les images péjoratives qui sont associées à leur travail.

Les animateurs perçoivent ce décalage entre les caricatures qui envahissent parfois les faits divers et la réalité de ce qui est vécu au quotidien.

Pourtant, le travail auprès de nos aînés  qu’ils soient dépendants, ou atteints « dans leurs fonctions supérieures », malgré les difficultés que nous pouvons rencontrer, est à mes yeux une des plus belle activité professionnelle  ces personnes nous apprennent la vie, à regarder au delà des apparences, à être vrai. Je considère ainsi, que la rencontre, dans le cadre de mon travail, avec la gérontologie a été non seulement enrichissante, mais une vraie chance!

Et pourtant, comment  transmettre ce qui relève du secret du coeur? comment partager la richesse d’une rencontre, la force d’un sourire, la joie partagée, les sentiments exprimée, la puissance d’un silence?

Hier soir, j’ai eu entre les mains un livre étrange en apparence, qui faisait écho à ces questions.

Son titre « je vous trouve si belle »: cela  sonne comme un titre de film, le film de l’humanité de nos institutions. Ce livre, au travers de magnifiques photos, des textes vrais pour rendre hommage aux professionnels qui travaillent dans les maisons de retraite. Ils  (ces professionnels)  « trouvent belles les personnes âgées dont ils s’occupent. Quant aux résidents de ces lieux de vie, ils trouvent très belles aussi toutes ces personnes qui les soignent… » indique la 4ème de couverture.

Ce livre  » a pour ambition de refléter ce qui se passe vraiment dans ces résidences qui ont si mauvaises réputation. Non s’occuper de personnes âgées n’est pas le métier le plus démoralisant du monde. Pas plus que cela ne relève de la vocation…. »

Un bel investissement pour nos structures; un outil qui peut se révéler être un beau support pour l’échange et le partage.

Un livre qui peut aider à redonner du sens lorsque les contraintes envahissent le quotidien, lorsque le doute s’immisce malicieusement dans les esprits.

Je vous laisse ci dessous, une présentation de ce livre trouvée sur plusieurs sites internet

A l’encontre des idées reçues, ce beau-livre sur les maisons de retraite est un reportage clair et percutant, construit autour d’interviews et de photos prises sur le vif qui sont autant d’instants drôles, émouvants, parfois difficiles.

Il présente avec un regard incisif et affectueux le quotidien du personnel de ces résidences, lieux de vie inéluctables du dernier âge, dans une société vieillissante. Non, s’occuper de personnes âgées n’est pas le métier le plus démoralisant du monde. C’est un travail qui s’apprend, de plus en plus professionnel, et qui peut s’avérer source de profondes satisfactions.

Je vous trouve si belles ! C’est ce que pensent les professionnels qui travaillent dans des maisons de retraite des personnes âgées dont ils s’occupent. Quant aux résidents de ces lieux de vie, ils trouvent très belles aussi toutes ces personnes qui les soignent, les stimulent, les aident à affronter le dernier acte de leur existence, en les regardant en face. Dans les yeux. Sans jamais détourner le regard.

Extrait : “Une femme, un bandeau léopard dans les cheveux, un grand collier de perles autour du cou, fait son entrée sur un fauteuil roulant telle une impératrice romaine. Elle a de l’allure. Et l’œil vif. « Elle est belle, n’est-ce pas », remarque Ariane, le médecin coordonnateur. « Elle est telle qu’elle était lorsqu’elle est arrivée, il y a deux ans, bien que son état se soit beaucoup détérioré. Mais cela nécessite du boulot ! Elle fait partie des résidents qui jouent avec leurs selles et en recouvrent les murs de leur chambre. Chaque matin, une équipe passe deux heures à lui redonner cette allure et cette dignité. Ses enfants ne se doutent de rien. Et nous, les professionnels, cela nous rend fiers. Nous sommes les garants de la coquetterie de cette belle femme et de l’humanité de toutes ces personnes.»”

L’auteur : Véronique Châtel est journaliste indépendante, spécialisée dans les sujets de société et les récits de vie. Elle mène enquêtes et reportages pour la presse écrite (L’Express, Esprit Femme, etc.) et l’édition. Elle a déjà publié deux livres sur les relations intergénérationnelles, dont Demain les grands-parents (éd. du Félin). Elle organise en parallèle des actions culturelles – ateliers d’écriture et restitutions publiques – avec des personnes âgées.

Informations pratiques :
« Je vous trouve si belle » de Véronique Châtel – photos de Serge Verglas
Les Carnets de l’Info
Prix conseillé : 24,90€

4 octobre 2012

hugues Auffray

Posted in musique et animation, réminiscence tagged à 1402 22 par yves clercq

A 82 ans, Hugues Aufray est une légende vivante toujours actif et chantant pour le plaisir de tous.

Ses chansons ont marqué plusieurs générations et il peut être intéressant de connaître un peu plus ses nombreux succès  pour bâtir des temps  d’animation originaux.

Pour cela, nous vous proposons ce lien  vers le site de l’encyclopédisque qui permet à l’internaute de connaître la discographie d’un artiste. http://www.encyclopedisque.fr/artiste/288.html

La meilleure source d’information reste bien sûr les résidents eux mêmes qui aiment à partager leurs passions, leurs goûts musicaux, leurs expérience, quand on prend le temps de les écouter, de les mettre en confiance et de les prendre au sérieux. Néanmoins, avoir quelques repères sur l’oeuvre d’artistes moins connus des jeunes générations, peut aider à entamer le dialogue et faire de l’animation un vrai temps de transmission.

Ci dessous quelques liens vers des articles ou fan club et des éléments de discographie….

http://huguesaufray.artiste.universalmusic.fr/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hugues_Aufray

http://new-forum.hugues-aufray.com/

http://next.liberation.fr/musique/01012397695-toujours-dans-le-vent
[Pochette de San Miguel]
San Miguel

janvier 1961
Barclay
ref. 70363

[Pochette de Santiano]
Santiano

1961
Barclay
ref. 70 416
[Pochette de J’entends siffler le train]
J’entends siffler le train

juin 1962
[Pochette de Je reviens (Les portes de Saint-Malo)]
Je reviens (Les portes de Saint-Malo)

1963
Barclay
ref. 70.553
[Pochette de Tout le long du chemin]
Tout le long du chemin

février 1964
Barclay
ref. 70.618
[Pochette de Dès que le printemps revient]
Dès que le printemps revient

mai 1964
Barclay
ref. 60461
[Pochette de À bientôt nous deux]
À bientôt nous deux

juin 1964
Barclay
ref. 70 670
[Pochette de Debout les gars]
Debout les gars

octobre 1964
Barclay
ref. 70.692
[Pochette de Le rossignol anglais]
Le rossignol anglais

(sous le nom de « Hugues AUFRAY ET SON SKIFFLE GROUP »)
1965
Barclay
ref. 70 755
[Pochette de Dou wakadou]
Dou wakadou

avril 1965
Barclay
ref. 70 807
[Pochette de L’homme orchestre]
L’homme orchestre

octobre 1965
Barclay
ref. 70 854
[Pochette de Ce n’était pas moi]
Ce n’était pas moi

1966
Barclay
ref. 60.656
[Pochette de Cauchemar psychomoteur]
Cauchemar psychomoteur

1966
Barclay
ref. 70 938
[Pochette de Céline]
Céline

1966
Barclay
[Pochette de Il faut ranger ta poupée]
Il faut ranger ta poupée

décembre 1966
Barclay
ref. 71 106
[Pochette de La blanche caravelle]
La blanche caravelle

décembre 1966
Barclay
ref. 71 108
ref. 71 154
[Pochette de Je n’en reviens pas]
Je n’en reviens pas

1967
Barclay
ref. 60685
[Pochette de Des jonquilles aux derniers lilas]
Des jonquilles aux derniers lilas

1968
Barclay
ref. 60 918
[Pochette de Adieu Monsieur le Professeur]
Adieu Monsieur le Professeur

novembre 1968
Barclay
ref. 71 307
[Pochette de Un mur, un ruisseau, un jardin et des fleurs]
Un mur, un ruisseau, un jardin et des fleurs

1969
Barclay
ref. 71 350
[Pochette de Moi et mon camion]
Moi et mon camion

1970
La Compagnie
ref. BE S 044
[Pochette de Lucy fair (Belgique)]
Lucy fair (Belgique)

197?
La Compagnie
ref. BE S 046
[Pochette de Je voudrais mourir avant toi]
Je voudrais mourir avant toi

1970
La Compagnie
ref. EP 107
[Pochette de Adage pour elle]
Adage pour elle

197?
La Compagnie
ref. S 034
[Pochette de Le fugitif]
Le fugitif

1971
Atlantic
ref. 10 090
[Pochette de Lila]
Lila

1972
Atlantic / WEA
ref. 10 150
[Pochette de Des femmes et du tabac]
Des femmes et du tabac

1972
Butterfly Records
ref. BS 014
[Pochette de Vous ma lady]
Vous ma lady

1972
Atlantic
ref. F10 252
[Pochette de Hasta Luego]
Hasta Luego

1973
Atlantic / WEA
ref. 10 308
[Pochette de Le Neveu d’Amérique]
Le Neveu d’Amérique

(T.V. (Télévision))
1973
WEA
ref. 10 336
[Pochette de Ton premier chagrin d’amour]
Ton premier chagrin d’amour

1974
[Pochette de Le moral à zéro]
Le moral à zéro

1974
Atlantic
ref. 10 535
ref. 62166
[Pochette de Tchin tchin]
Tchin tchin

1976
Atlantic / WEA
ref. 10 784
[Pochette de J’y crois]
J’y crois

1976
Atlantic
ref. 10 855
[Pochette de Dernières vacances]
Dernières vacances

1977
Atlantic / WEA
ref. 11 000
ref. 11 148
[Pochette de Émile Émilia]
Émile Émilia

1979
Atlantic
ref. 11247
[Pochette de Mes vieux trucs de cow-boy]
Mes vieux trucs de cow-boy

1981
Atlantic / WEA
ref. 11 667
[Pochette de Bye bye Tahiti]
Bye bye Tahiti

1983
RKM / WEA
ref. 761 652
[Pochette de Dieu que c’est dur d’être modeste]
Dieu que c’est dur d’être modeste

1984
RKM / WEA
ref. 761 665
[Pochette de Dieu que c’est dur d’être modeste]
Dieu que c’est dur d’être modeste

1984
RKM / WEA
ref. 761.665
[Pochette de Petit homme]
Petit homme

1984
RKM / WEA
ref. 761688
[Pochette de Éthiopie]
Éthiopie

(CHANTEURS SANS FRONTIÈRES)
1985
Pathé-Marconi
ref. JBP AT 700001
[Pochette de Tu t’en iras]
Tu t’en iras

1987
Ariola / BMG
ref. 109549
[Pochette de S.O.S. America]
S.O.S. America

1987
RKM
ref. 11.526
[Pochette de La terre est si belle !]
La terre est si belle !

1991
Opal

%d blogueurs aiment cette page :