28 mai 2014

Jardin’age, une initiative pour lutter contre l’isolement des personnes âgées dépendantes

Posted in initiative, intergénération, partage à 909 44 par yves clercq

Nous vous proposons ci dessous, des extraits d’un article passionnant du site http://www.apriles.net/ qui  relate une action visant tout à la fois de lutter contre l’isolement des personnes âgées en perte d’autonomie et d’aider des personnes retraités à retrouver une utilité sociale. L’association Jardin’âge propose ainsi à des amateurs sans jardin de s’occuper de celui de personnes âgées devenues incapables de l’entretenir.

Si cette action n’est pas directement transférable en institution elle à le mérite de souligner le rôle central de l’animateur comme vecteur de lien. Dans nos structures, un grand nombre de personnes se désolent de voir leur maison et donc leur jardin à l’abandon, une idée à creuser ?

Ci dessous quelques extraits de l’article que vous pouvez consulter ici:

http://www.apriles.net/index.php?option=com_sobi2&sobi2Task=sobi2Details&catid=3&sobi2Id=1542&Itemid=95

 

« Afin de lutter contre l’isolement des personnes âgées en perte d’autonomie et de permettre à des personnes retraitées de conserver ou retrouver une utilité sociale, Jardin’âge propose à des amateurs sans jardin de s’occuper de celui de personnes âgées devenues incapables de l’entretenir. Sans se substituer à l’entourage, ni concurrencer les professionnels, cette activité partagée permet non seulement de créer du lien entre accueillants et jardiniers, mais également de développer les solidarités de proximité et de promouvoir, dans une logique intergénérationnelle, une culture de l’écologie et du développement durable. »

 

Le rôle centrale de l’animatrice

« L’accompagnement des participants est en effet considéré comme l’une des clefs de réussite du dispositif Dans un premier temps, un entretien individuel est réalisé avec chacun des potentiels participants.

(…)

Le travail de l’animatrice ne s’arrête pas à cette mise en réseau. Elle va ensuite accompagner le binôme afin que la dynamique initiale ne s’épuise pas et encourager le jardinier à s’investir dans des actions collectives au sein du centre social. Elle peut également être conduite à intervenir comme médiatrice en cas de désaccords entre l’accueillant, voire sa famille, et le jardinier. Une évaluation est effectuée chaque année, et la convention peut-être réajustée à son renouvellement au bout d’un an. 50% des binômes se maintiennent cependant dans la durée. Pour les autres les raisons de rupture sont variables : mésentente, décès de la personne âgée, déménagement du jardinier ou reprise d’activité… mais la majorité restent dans le réseau et constitue un nouveau binôme. Cette fidélité au dispositif est également perceptible dans l’assiduité des jardiniers : plus d’un tiers se rendent chez leur binôme tous les jours et la moitié au moins une fois par semaine. »

une vidéo est aussi consultable ici:

Publicités

23 mai 2014

Un entretien d’embauche bien particulier….

Posted in Non classé à 1402 49 par yves clercq

Non, non, l’emploi en question n’est pas soignant en gérontologie, encore moins animateur, quoique parfois…..

nous vous invitons vraiment  à regarder cette vidéo jusqu’au bout…

….et n’oubliez pas qu’en ce week-end de fête des mères, on peut faire plus que souhaiter une bonne fête à nos résidentes…cela peut être l’opportunité pour les rencontrer, échanger, discuter et surtout ECOUTER ce qu’elles ont à nous dire sur ce sujet: leurs doutes, leurs joies, leurs regrets, leurs blessures… l’occasion par la parole, de se libérer le cœur..l’occasion grâce à vos oreilles de les aider à faire la paix, la possibilité grâce à votre regard, de restaurer une image de soi vulnérabilisée… tout simplement autoriser un cœur de cheminer vers cette unité intérieure pour laquelle nous sommes tous faits.

21 mai 2014

bon anniversaire aux blouses roses

Posted in Non classé à 1212 50 par yves clercq



blouses roses

Connaissez vous les blouses roses ?

http://www.lesblousesroses.asso.fr/index/

Plus connues dans l’univers pédiatrique où elles ont œuvrées pendant des années avant de s’ouvrir à d’autres secteurs, dont la gérontologie, les blouses roses ont été popularisées entre autre par le magnifique ouvrage d’Éric-Emmanuel Schmitts Oscar et la dame Rose.

oscar

Les Blouses roses c’est avant tout un mouvement de plus de 4300 bénévoles organisé et structuré de manière quasi professionnelle afin « d’illuminer le quotidien des personnes enfants ou adultes hospitalisées, mais aussi des personnes âgées en institution.

« Enfants loin de leurs familles, personnes isolées ou dépendantes, à l’hôpital ou en maisons de retraite… nos bénévoles agissent partout où la solitude progresse. »

Les blouses roses, fêtent cette année leurs 70 ans d’actions : elles ont établis depuis des années de vrais partenariats avec les hôpitaux et institutions gérontologiques, afin que l’intervention de bénévoles au sein des structures, représente un atout pour les institution et non un poids supplémentaires.

A cet effet, les bénévoles sont formés, accompagnés, tutorés et s’engagent à intervenir de manière régulière, au service des personnes et des institutions, tout en respectant le caractère propre des institutions.

blouses 2
En fonction des besoins des institutions, elles proposent présence et écoute mais aussi animations artistiques, créatives ou ludiques.

Loin d’entraver la bonne marche de l’institution ou de faire doublon avec le projet d’animation, ces bénévoles expérimentés veillent à ne jamais s’imposer dans les services.

Pour Avelines Marques (http://www.espaceinfirmier.fr/actualites/au-jour-le-jour/articles-d-actualite/140515-du-rose-contre-le-blues-du-patient.html) « les Blouses roses ont su conquérir les soignants, devenus leurs meilleurs ambassadeurs. »

Ainsi, « On agit en complémentarité avec le personnel. Ils aimeraient bien faire ce que nous faisons mais ils n’en ont pas le temps. On est là pour ça», explique Gisèle Hazotte, présidente de l’association au site espaceinfirmier.fr . «On fait partie intégrante du plan d’animation des équipes. D’autant plus dans les maisons de retraite, où les intervenants sont moins nombreux. »

Bon Anniversaire aux Blouses Roses!

« Pour les maux du corps, il y a les blouses blanches.
Pour les maux de l’âme, il y a les Blouses Roses.
En maison de retraite ou à l’hôpital, Les Blouses Roses agissent en partenariat étroit avec les équipes des établissements pour améliorer la qualité de la vie de leurs résidents. »

blouses 3

%d blogueurs aiment cette page :