28 mai 2014

Jardin’age, une initiative pour lutter contre l’isolement des personnes âgées dépendantes

Posted in initiative, intergénération, partage à 909 44 par yves clercq

Nous vous proposons ci dessous, des extraits d’un article passionnant du site http://www.apriles.net/ qui  relate une action visant tout à la fois de lutter contre l’isolement des personnes âgées en perte d’autonomie et d’aider des personnes retraités à retrouver une utilité sociale. L’association Jardin’âge propose ainsi à des amateurs sans jardin de s’occuper de celui de personnes âgées devenues incapables de l’entretenir.

Si cette action n’est pas directement transférable en institution elle à le mérite de souligner le rôle central de l’animateur comme vecteur de lien. Dans nos structures, un grand nombre de personnes se désolent de voir leur maison et donc leur jardin à l’abandon, une idée à creuser ?

Ci dessous quelques extraits de l’article que vous pouvez consulter ici:

http://www.apriles.net/index.php?option=com_sobi2&sobi2Task=sobi2Details&catid=3&sobi2Id=1542&Itemid=95

 

« Afin de lutter contre l’isolement des personnes âgées en perte d’autonomie et de permettre à des personnes retraitées de conserver ou retrouver une utilité sociale, Jardin’âge propose à des amateurs sans jardin de s’occuper de celui de personnes âgées devenues incapables de l’entretenir. Sans se substituer à l’entourage, ni concurrencer les professionnels, cette activité partagée permet non seulement de créer du lien entre accueillants et jardiniers, mais également de développer les solidarités de proximité et de promouvoir, dans une logique intergénérationnelle, une culture de l’écologie et du développement durable. »

 

Le rôle centrale de l’animatrice

« L’accompagnement des participants est en effet considéré comme l’une des clefs de réussite du dispositif Dans un premier temps, un entretien individuel est réalisé avec chacun des potentiels participants.

(…)

Le travail de l’animatrice ne s’arrête pas à cette mise en réseau. Elle va ensuite accompagner le binôme afin que la dynamique initiale ne s’épuise pas et encourager le jardinier à s’investir dans des actions collectives au sein du centre social. Elle peut également être conduite à intervenir comme médiatrice en cas de désaccords entre l’accueillant, voire sa famille, et le jardinier. Une évaluation est effectuée chaque année, et la convention peut-être réajustée à son renouvellement au bout d’un an. 50% des binômes se maintiennent cependant dans la durée. Pour les autres les raisons de rupture sont variables : mésentente, décès de la personne âgée, déménagement du jardinier ou reprise d’activité… mais la majorité restent dans le réseau et constitue un nouveau binôme. Cette fidélité au dispositif est également perceptible dans l’assiduité des jardiniers : plus d’un tiers se rendent chez leur binôme tous les jours et la moitié au moins une fois par semaine. »

une vidéo est aussi consultable ici:

Publicités

Un commentaire »

  1. J’ai été particulièrement sensible à votre article. Ma mère n’a jamais accroché avec les activités proposées par l’Ehpad où elle séjournait – essentiellement de la gym douce. Mais elle qui aimait la terre et les fleurs par-dessus aurait surement trouvé beaucoup de paix et de plaisir avec un atelier jardinage…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :