28 mai 2014

Jardin’age, une initiative pour lutter contre l’isolement des personnes âgées dépendantes

Posted in initiative, intergénération, partage à 909 44 par yves clercq

Nous vous proposons ci dessous, des extraits d’un article passionnant du site http://www.apriles.net/ qui  relate une action visant tout à la fois de lutter contre l’isolement des personnes âgées en perte d’autonomie et d’aider des personnes retraités à retrouver une utilité sociale. L’association Jardin’âge propose ainsi à des amateurs sans jardin de s’occuper de celui de personnes âgées devenues incapables de l’entretenir.

Si cette action n’est pas directement transférable en institution elle à le mérite de souligner le rôle central de l’animateur comme vecteur de lien. Dans nos structures, un grand nombre de personnes se désolent de voir leur maison et donc leur jardin à l’abandon, une idée à creuser ?

Ci dessous quelques extraits de l’article que vous pouvez consulter ici:

http://www.apriles.net/index.php?option=com_sobi2&sobi2Task=sobi2Details&catid=3&sobi2Id=1542&Itemid=95

 

« Afin de lutter contre l’isolement des personnes âgées en perte d’autonomie et de permettre à des personnes retraitées de conserver ou retrouver une utilité sociale, Jardin’âge propose à des amateurs sans jardin de s’occuper de celui de personnes âgées devenues incapables de l’entretenir. Sans se substituer à l’entourage, ni concurrencer les professionnels, cette activité partagée permet non seulement de créer du lien entre accueillants et jardiniers, mais également de développer les solidarités de proximité et de promouvoir, dans une logique intergénérationnelle, une culture de l’écologie et du développement durable. »

 

Le rôle centrale de l’animatrice

« L’accompagnement des participants est en effet considéré comme l’une des clefs de réussite du dispositif Dans un premier temps, un entretien individuel est réalisé avec chacun des potentiels participants.

(…)

Le travail de l’animatrice ne s’arrête pas à cette mise en réseau. Elle va ensuite accompagner le binôme afin que la dynamique initiale ne s’épuise pas et encourager le jardinier à s’investir dans des actions collectives au sein du centre social. Elle peut également être conduite à intervenir comme médiatrice en cas de désaccords entre l’accueillant, voire sa famille, et le jardinier. Une évaluation est effectuée chaque année, et la convention peut-être réajustée à son renouvellement au bout d’un an. 50% des binômes se maintiennent cependant dans la durée. Pour les autres les raisons de rupture sont variables : mésentente, décès de la personne âgée, déménagement du jardinier ou reprise d’activité… mais la majorité restent dans le réseau et constitue un nouveau binôme. Cette fidélité au dispositif est également perceptible dans l’assiduité des jardiniers : plus d’un tiers se rendent chez leur binôme tous les jours et la moitié au moins une fois par semaine. »

une vidéo est aussi consultable ici:

Publicités

5 septembre 2012

spectacle intergénérationnel

Posted in activité d'animation, histoires d'animation, intergénération, vidéo tagged , , à 1503 32 par yves clercq

Vous trouverez ci-dessous une petite vidéo relatant une initiative originale du centre d’éducation pour jeunes sourds d’Arras et de l’EHPAD Soleil d’Automne de Saint-Laurent-Blangy.

Après trois mois de répétitions et de préparation,  le théâtre arrageois a accueilli un spectacle original qui peut donner des idées….

 

http://www.agorawebtv.com/article-jeunes-sourds-et-personnes-agees-une-rencontre-pour-un-spectacle-105686395.html

16 juillet 2012

Une pièce de théâtre pour dialoguer autour de sujets sensibles

Posted in initiative, intergénération, parole tagged à 909 09 par yves clercq

 

 Il est difficile pour les enfants, comme pour les parents, de parler ensemble des questions liées à la dépendance, aux limites du maintien à domicile. Face à un parent qui vieillit, il arrive ainsi, que les aidants oscillent entre un désir légitime de « surprotéger » un parent et une sorte de refus de voir la réalité en face.
Pour le parent âgé, il en est  souvent de même: entre le désir d’être reconnu dans ses difficultés et le refus de les admettre, la honte, l’inquiétude, le sentiment de culpabilité peuvent être  autant d’obstacles au dialogue et aux décisions apaisées.
L’association Famille Rurale de Vendée consciente de la nécessité de favoriser le dialogue, propose un outil vraiment original qui peut favoriser l’échange et le débat: une pièce de théatre a la fois drôle,  et poétique qui met en scène les réalités rencontrées par nos ainés et leurs familles.
Admirablement créée et interprétée par la compagnie Grizzli Philibert Tambour, cette pièce qui se déplace de commune en commune permet de dédramatiser sans minimiser un sujet complexe.
Vous trouverez un lien vers un extrait, vers  le site de l’association famille rurale..
http://www.dailymotion.com/video/xrn40d_y-a-pas-de-danger-extrait_creation
Cela peut donner des idées à un animateur qui souhaiterait favoriser le débat et les échanges sur cette question…..
Ci dessous quelques extraits d’un article présentant la pièce (source   http://www.larochesuryon.maville.com/sortir/infos_-Quand-le-theatre-fait-dialoguer-avec-les-aines_52737-2056884_actu.Htm)
« Y’a pas de danger, une pièce de Grizzli Philibert Tambour, aborde les rapports entre enfants et aînés à l’heure où la dépendance guette. Familles rurales fait naître le dialogue.
Familles rurales, une association qui oeuvre en Vendée à travers 135 relais locaux, se préoccupe, entre autres, des liens entre enfants et leurs parents à la limite de l’âge de la dépendance. Quand, par exemple, ils ne réalisent plus qu’il est dangereux de monter sur une échelle : « C’est une thématique que nous voulions aborder depuis un moment mais nous n’arrivions pas à trouver le bon vecteur. On est dans l’ordre de l’intime et ce n’est pas facile de monter des actions de soutien aux parents vieillissants », indique Rémi Hervouet, secrétaire général adjoint de Familles rurales. Jusqu’au moment où l’idée a jailli de se servir de la dynamique du théâtre pour libérer la parole.Un sujet grave

D’emblée, la compagnie professionnelle yonnaise a été ravie d’apporter sa contribution : « Il y a longtemps que nous voulions travailler sur le vieillissement », révèle Nicole Turpin, actrice de la troupe.

En se basant sur des expériences personnelles et en empruntant à la littérature théâtrale, Grizzli a écrit une pièce de 45 minutes qui mêle situations drôles et moments d’émotion pour aborder ce sujet grave avec un maximum de pudeur mais sans avoir peur d’aller au fond des choses.(…)

Les séances de « Y’a pas de danger ! » ont suscité une entame de dialogue à chaque fois : « Tout le monde réagissait, les comédiens, les chargés de mission, le public aussi, parfois de manière profonde », commente Isabelle Durant, chargée de mission à Familles rurales.

On en débat

Et tout ça à partir de situations diverses, comme ce papy en danger, juché sur un escabeau :« Jusqu’à quel point un enfant d’un aîné peut-il s’ingérer pour décider de la conduite de son père ou de sa mère ? Ce n’est pas simple. Cela provoque parfois stress ou conflit », intervient Rémi Hervouet.

(…)

Il y a tout le côté psychologique de la « rupture » de l’esprit et du corps qui est à prendre en compte : « Toutes les générations sont concernées. Dans les spectacles, d’ailleurs, on a vu y venir de jeunes retraités, leurs parents, mais aussi de jeunes familles qui se préparent à ce jour », ajoute Rémi Hervouet.

Entre ingérence abusive des enfants et prévention des accidents domestiques d’anciens, il y a une ligne de crête à trouver en permanence. Dans ce délicat exercice, le théâtre a joué son rôle de « délieur de langues ».

Le site de famille rurale, qui est à l’origine du projet:

http://www.famillesrurales85.org/inter_Familles_Parents_Vieillissants.php?PHPSESSID=cdce29141f932c73b6f131fc63f68813

Le site de la compagnie qui a créé la pièce:http://www.theatre-grizzli.fr/GRIZZLI_theatre_nos_spectacles.php?id_niv1=2&id_spec=ea7e4ba9ebd7c780d385c68cfca0ebe1

%d blogueurs aiment cette page :