4 octobre 2012

hugues Auffray

Posted in musique et animation, réminiscence tagged à 1402 22 par yves clercq

A 82 ans, Hugues Aufray est une légende vivante toujours actif et chantant pour le plaisir de tous.

Ses chansons ont marqué plusieurs générations et il peut être intéressant de connaître un peu plus ses nombreux succès  pour bâtir des temps  d’animation originaux.

Pour cela, nous vous proposons ce lien  vers le site de l’encyclopédisque qui permet à l’internaute de connaître la discographie d’un artiste. http://www.encyclopedisque.fr/artiste/288.html

La meilleure source d’information reste bien sûr les résidents eux mêmes qui aiment à partager leurs passions, leurs goûts musicaux, leurs expérience, quand on prend le temps de les écouter, de les mettre en confiance et de les prendre au sérieux. Néanmoins, avoir quelques repères sur l’oeuvre d’artistes moins connus des jeunes générations, peut aider à entamer le dialogue et faire de l’animation un vrai temps de transmission.

Ci dessous quelques liens vers des articles ou fan club et des éléments de discographie….

http://huguesaufray.artiste.universalmusic.fr/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hugues_Aufray

http://new-forum.hugues-aufray.com/

http://next.liberation.fr/musique/01012397695-toujours-dans-le-vent
[Pochette de San Miguel]
San Miguel

janvier 1961
Barclay
ref. 70363

[Pochette de Santiano]
Santiano

1961
Barclay
ref. 70 416
[Pochette de J’entends siffler le train]
J’entends siffler le train

juin 1962
[Pochette de Je reviens (Les portes de Saint-Malo)]
Je reviens (Les portes de Saint-Malo)

1963
Barclay
ref. 70.553
[Pochette de Tout le long du chemin]
Tout le long du chemin

février 1964
Barclay
ref. 70.618
[Pochette de Dès que le printemps revient]
Dès que le printemps revient

mai 1964
Barclay
ref. 60461
[Pochette de À bientôt nous deux]
À bientôt nous deux

juin 1964
Barclay
ref. 70 670
[Pochette de Debout les gars]
Debout les gars

octobre 1964
Barclay
ref. 70.692
[Pochette de Le rossignol anglais]
Le rossignol anglais

(sous le nom de « Hugues AUFRAY ET SON SKIFFLE GROUP »)
1965
Barclay
ref. 70 755
[Pochette de Dou wakadou]
Dou wakadou

avril 1965
Barclay
ref. 70 807
[Pochette de L’homme orchestre]
L’homme orchestre

octobre 1965
Barclay
ref. 70 854
[Pochette de Ce n’était pas moi]
Ce n’était pas moi

1966
Barclay
ref. 60.656
[Pochette de Cauchemar psychomoteur]
Cauchemar psychomoteur

1966
Barclay
ref. 70 938
[Pochette de Céline]
Céline

1966
Barclay
[Pochette de Il faut ranger ta poupée]
Il faut ranger ta poupée

décembre 1966
Barclay
ref. 71 106
[Pochette de La blanche caravelle]
La blanche caravelle

décembre 1966
Barclay
ref. 71 108
ref. 71 154
[Pochette de Je n’en reviens pas]
Je n’en reviens pas

1967
Barclay
ref. 60685
[Pochette de Des jonquilles aux derniers lilas]
Des jonquilles aux derniers lilas

1968
Barclay
ref. 60 918
[Pochette de Adieu Monsieur le Professeur]
Adieu Monsieur le Professeur

novembre 1968
Barclay
ref. 71 307
[Pochette de Un mur, un ruisseau, un jardin et des fleurs]
Un mur, un ruisseau, un jardin et des fleurs

1969
Barclay
ref. 71 350
[Pochette de Moi et mon camion]
Moi et mon camion

1970
La Compagnie
ref. BE S 044
[Pochette de Lucy fair (Belgique)]
Lucy fair (Belgique)

197?
La Compagnie
ref. BE S 046
[Pochette de Je voudrais mourir avant toi]
Je voudrais mourir avant toi

1970
La Compagnie
ref. EP 107
[Pochette de Adage pour elle]
Adage pour elle

197?
La Compagnie
ref. S 034
[Pochette de Le fugitif]
Le fugitif

1971
Atlantic
ref. 10 090
[Pochette de Lila]
Lila

1972
Atlantic / WEA
ref. 10 150
[Pochette de Des femmes et du tabac]
Des femmes et du tabac

1972
Butterfly Records
ref. BS 014
[Pochette de Vous ma lady]
Vous ma lady

1972
Atlantic
ref. F10 252
[Pochette de Hasta Luego]
Hasta Luego

1973
Atlantic / WEA
ref. 10 308
[Pochette de Le Neveu d’Amérique]
Le Neveu d’Amérique

(T.V. (Télévision))
1973
WEA
ref. 10 336
[Pochette de Ton premier chagrin d’amour]
Ton premier chagrin d’amour

1974
[Pochette de Le moral à zéro]
Le moral à zéro

1974
Atlantic
ref. 10 535
ref. 62166
[Pochette de Tchin tchin]
Tchin tchin

1976
Atlantic / WEA
ref. 10 784
[Pochette de J’y crois]
J’y crois

1976
Atlantic
ref. 10 855
[Pochette de Dernières vacances]
Dernières vacances

1977
Atlantic / WEA
ref. 11 000
ref. 11 148
[Pochette de Émile Émilia]
Émile Émilia

1979
Atlantic
ref. 11247
[Pochette de Mes vieux trucs de cow-boy]
Mes vieux trucs de cow-boy

1981
Atlantic / WEA
ref. 11 667
[Pochette de Bye bye Tahiti]
Bye bye Tahiti

1983
RKM / WEA
ref. 761 652
[Pochette de Dieu que c’est dur d’être modeste]
Dieu que c’est dur d’être modeste

1984
RKM / WEA
ref. 761 665
[Pochette de Dieu que c’est dur d’être modeste]
Dieu que c’est dur d’être modeste

1984
RKM / WEA
ref. 761.665
[Pochette de Petit homme]
Petit homme

1984
RKM / WEA
ref. 761688
[Pochette de Éthiopie]
Éthiopie

(CHANTEURS SANS FRONTIÈRES)
1985
Pathé-Marconi
ref. JBP AT 700001
[Pochette de Tu t’en iras]
Tu t’en iras

1987
Ariola / BMG
ref. 109549
[Pochette de S.O.S. America]
S.O.S. America

1987
RKM
ref. 11.526
[Pochette de La terre est si belle !]
La terre est si belle !

1991
Opal
Publicités

21 juin 2012

pratiquer un instrument quand on ne connait pas la musique?

Posted in musique et animation, Non classé tagged à 1402 35 par yves clercq

Pratiquer un instrument d’accompagnement est un véritable atout pour l’animateur: non seulement l’instrument permet de marquer le rythme, mais il invite les résidents, il favorise un climat de convivialité.

Venir avec sa guitare est une expérience extrêmement riche, cela permet d’improviser. Sauf, bien sûr si on ne connaît pas la guitare….

Il  est vrai que les jours de fêtes de la musique on n’est pas obligé de savoir jouer pour s’exhiber…et même se faire applaudir!

Mais bon, on ne peut pas jouer à la « défaite » de la musique les 364 autres journées de l’année. D’autant plus, que l’on a beau dire que les personnes âgées « entendent haut » nos  résidents,   exigent une certaine qualité.

Et bien les temps changent, il n’est plus nécessaire d’être un pro en  musique pour mettre en place un atelier chant accompagné par un vrai instrument comme la guitare. Même si on est un animateur nul en solfège.

Un luthier Vendéen à mis au point une vraie guitare « pour les nuls », la Cantate : plus besoin de connaître le solfège et de savoir faire de la musique.

Selon son créateur « La Cantate c’est un nouvel instrument conçu pour l’accompagnement du chant.

Son jeu est simple et ne nécessite pas de connaissance musicale approfondie.
Son timbre se rapproche de celui de la guitare classique.

La Cantate utilise le principe des accords. Chaque accord est joué par quatre cordes. Leur nom est clairement identifié de la même manière qu’ils sont notés sur la partition.

Chaque accord est modulable en majeur ou en mineur

.

Pour régler la justesse de l’instrument, un accordeur électronique est intégré sur l’instrument. Une mécanique à l’extrémité de chaque corde permet de modifier la tension. »

A partir de demain, il n’y aura plus d’excuse pour faire un « boeuf » avec nos résidents… d’autant plus que les premiers hippies vont bientôt arriver dans nos établissements…

http://www.lacantate.com/

23 mai 2012

musique et ateliers chorale en ehpad (introduction d’une réflexion)

Posted in atelier chorale, musique et animation tagged , à 1301 16 par yves clercq

La musique adoucit les moeurs affirme le dicton. Elle a en effet  des vertus potentiellement apaisantes voir thérapeutique qui vont au delà de la simple détente.

Le docteur Tomatis avait déjà souligné les vertus thérapeutique du chant grégorien et l’action dynamisante de Mozart sur l’individu (des effets visibles sur la fréquence cardiaque et respiratoire ), d’autres auteurs soulignant l’effet bénéfique de Vivaldi sur la dépression.  Naomi Feil, la créatrice de la validation  propose d’utiliser  le chant avec les personnes qui ne communiquent plus.

Depuis plusieurs années on a ainsi redécouvert les vertus de la musique  auprès des personne âgées , notamment auprès des personnes souffrant de pathologie dégénératives.

Dans uns époque où la musique est devenu un objet de consommation comme un autre, elle est  omniprésente. Elle est devenue notre ambiance de fond, elle rempli l’espace,  nous évite même de nous confronter au silence qui fait de plus en plus peur, elle nous évite de nous confronter à nous même.

Certains ehpad diffusent ainsi en bruit de fond permanent, de la musique dans les couloirs du matin au soir: Outre qu’il arrive souvent que le choix de la radio ne soit pas forcément adapté culturellement aux personnes âgées, on peut s’interroger sur son véritable effet sur les résidents : la consommation passive de la musique favorise-telle réellement un climat d’apaisement et de sérénité?  Pas si sûr. Elle a sûrement un effet bénéfique sur le visiteur, qui est rassuré de voir « qu’il y a de la vie dans les couloirs » que « l’ambiance n’est pas morbide », car « il faut que ça bouge »; par contre elle rend plus difficile la communication entre résidents; en comblant l’espace et le silence, elle ne favorise pas le silence intérieur nécessaire à l’élaboration, à la mise en mot, à la recherche de clefs personnelles, elle peut même aggraver l’angoisse en la rendant diffuse.

Un résident me disait ainsi combien il avait l’impression d’être abruti par cette musique omniprésente qu’il vivait « comme un moyen qu’on avait trouvé pour les faire taire! ».

On utilise souvent le chant et la musique dans un axe occupationnel,et on risque alors d’oublier ses vertus thérapeutiques pourtant réelles.

Car la musique à des vertus thérapeutiques à condition qu’elle n’anesthéise pas la personne, qu’elle lui permette de sortir d’une écoute passive pour redevenir acteur.

Les animateurs le savent bien, pratiquer le chant n’est pas qu’une gentille activité occupationelle, c’est aussi une voie intéressante pour aider les personnes à “se brancher” avec elle même: le chant met en jeu tout un panel affectif, il permet de se réapproprier son corps, à redevenir acteur, il peut même aider des personnes aphasiques à utiliser d’autres zones de leur cerveau pour réapprendre à parler.

Beaucoup d’animateurs l’ont compris depuis longtemps, c’est pourquoi la plupart de nos Ehpad proposent des ateliers chorales, voir des ateliers musicothérapie. L’objectif étant de permettre aux personnes de vivre un moment de partage, de convivialité , de réminiscence, mais aussi d’écoute et de réappropriation de soi; l’animateur étant là pour impulser le mouvement, proposer des chansons, animer le tout, écouter.

Trop souvent, les personnes extérieures à l’animation ne voient que la face émergente de l’iceberg et pensent que « faire chanter les personnes âgées » n’est pas véritablement un travail et que l’animation est quand même une « planque facile » : »ce n’est pas difficile de faire cela » « c’est quand même cool de les faire chanter », »il/elle se la coule douce », etc… Ces réflexions témoignent hélas de cette difficulté à reconnaître que l’animation est un vrai métier qui nécessite de vrais compétences et une solide expérience: j’ai encore en mémoire  ces chorales improvisées ratées, mises en place par des stagiaires infirmières et/ou aides soignantes dévoués à qui on demandait, les jours d’absence de l’animatrice,  d’ « occuper » les résidents de l’ehpad, car « c’est à la porté de tout le monde! » Et .bien non! Animer c’est un métier!

Considérer l’animateur comme une personne interchangeable, c’est oublier, voire mépriser, tout le travail et le professionnalisme de l’animateur en amont,  l’énergie pour mobiliser les personnes, leur donner envie de venir,  la concentration déployée pour animer ce temps, etc.

Car, un atelier chant, si on veut qu’il ait des effets thérapeutique nécessite un vrai travail de préparation, et une vraie compétence: le risque permanent étant de rendre les personnes passives, ce qui serait un comble pour un atelier chant!

De ce fait les professionnels sont en perpétuels questionnement: faut-il renouveler régulièrement le répertoire? Comment  inviter les personnes à proposer des chansons? Faut-il en finir avec les javas bleus et amants de Saint Jean? Faut-il les « ouvrir » à la culture moderne? Comment faire pour les rendre plus acteurs? Faut-il ouvrir ou fermer le groupe? etc. Des questions qui témoignent que loin d’être une activité gentillette, l’animation est tout sauf un travail d’amateur.

Nous essaierons au fur et à mesure des posts de réfléchir à ces questions. Nous espérons aussi, que les lecteurs de ce blogs contribueront activement à cette réflexion….

%d blogueurs aiment cette page :